Que faire quand je procrastine?

La procrastination est un “fléau mondial”. Il est difficile de comprendre pourquoi nous avons tendance à remettre au lendemain certaines tâches, pourquoi nous avons des moments de paresse lorsque des tâches urgentes sont à réaliser. Et pourtant, le fait est que tout le monde vit un moment ou un autre des moments de procrastination.

Je ne vais pas prétendre savoir pourquoi vous procrastinez. Le fait est que les raisons derrière la procrastination sont nombreuses.
Vous pouvez toujours réaliser une introspection pour vous demander quel besoin n’est pas comblé et fait que vous résistez inconsciemment à “aller de l’avant”, ou bien suivre une des [X] techniques que je vous présente.

Comment cet article fonctionne? Lisez les techniques une par une et ressentez si une vous parle spécifiquement. Si c’est le cas, essayez là puis venez écrire votre expérience en commentaire, d’accord? Allons-y.

Faites une session de brainstorm de tâches

Si vous êtes une personne ayant une créativité débordante, des idées plein la tête, vous aimerez particulièrement cette méthode.
La session de brainstorm se passe comme suit : prenez un tableau à feutre/craie, ou un grand papier (non pas d’ordinateur ou de téléphone), puis étalez tout, mais vraiment toutes les tâches que vous pensez devoir faire. Allez-y mettez tout ce qui vous vient en tête, sans jugement.

Une fois que vous aurez épuisé votre puit de créativité, prenez quatre feutres ou crayons de couleur.
Chaque couleur  va représenter un type de priorité :

  • Urgent & important
  • Urgent & pas important
  • Pas urgent & important
  • Pas urgent & pas important
Matrice de gestion des tâches - important / urgent
Comme ceci

Classez donc chaque tâche dans les cases appropriées.

Vous n’êtes pas obligés de partir à l’action aussitôt. Le cerveau a parfois besoin d’un plan de match précis pour ranger “les documents non classés sur le bureau”.
Si vous partagez à l’action, à vous de choisir votre rythme pour réaliser ces tâches. Seules les tâches “non importantes & non urgentes” sont à proscrire.

Vous ressentez toujours l’envie de procrastiner? Passez au point suivant.

Nourrissez votre besoin d’accomplissement

Vous vous rappelez de la pyramide de Maslow? Pyramide de Maslow - besoins

L’humain a besoin d’accomplissement pour se sentir rempli.
Peut être avez-vous tendance à ne voir que ce que vous n’avez pas fait, plutôt que ce que vous avez réalisé?

Alors dans ce cas, je ne peux que vous recommander la lecture de L’apprentissage de l’imperfection de Tal ben Sahar ou de lire mon article sur les 5 choses que font les personnes qui réussissent.

Prenez un papier, et écrivez aujourd’hui et les jours qui suivent 5 choses dont vous êtes fiers d’avoir réalisé ou que vous admirez de vous.
Je sais que pour certaines personnes cet exercice est très difficile, mais essayez, forcez-vous. Les bienfaits de cet exercice sont immense sur la prise de décision, la qualité de vos actions et votre estime personnelle.

Si vous n’avez travaillé sur un projet qu’une heure, récompensez-vous un peu.

Structurez la réalisation de vos tâches

Connaissez-vous la métaphore des gros caillous? Non? Regardez cette vidéo dans ce cas, elle est courte.

En gros, placez vos grosses tâches prioritaires d’abord, bien espacés, puis sablez autour avec vos autres tâches moyennes et petites.

Notre cerveau aura une tendance à choisir les actions faciles et rapides à réaliser. Sauf qu’entre temps, nos tâches urgentes deviennent toujours plus urgentes. Si vous laissez  votre cerveau agir automatiquement à votre place, vous ne tendrez pas vers ce qu’il y a de meilleur pour vous.

Revoyez l’intérêt que vous portez à votre tâche

Si vous êtes déjà venu réaliser une séance d’alignement, vous devez probablement m’avoir entendu parler d’intuition.
L’intuition est ce que beaucoup croient avoir, blâment parce qu’elle vous a mené dans un mauvais chemin, mais ne savent pas la dissocier à leur propre égo.

Pourquoi je parle d’intuition ici même?
Imaginez vous êtes votre propre inconscient, vous l’incarnez. Vous êtes bien installés dans le cerveau et dans les divers organes, avez la main sur bien des mécaniques du corps, mais vous ne pouvez pas parler…
Vous voyez votre collègue “le conscient” croire des choses, réaliser des actions non cohérentes avec lui-même, pensant bien faire, mais vous ne pouvez pas lui crier qu’il se trompe. Que pensez-vous que l’inconscient va faire? Il communiquera avec les émotions, les organes, le corps, en jouant avec votre cerveau.

Avez-vous réfléchi si le projet que vous devez mener ou les tâches à réaliser sont toujours dans votre propre intérêt?
Ne nous leurrons pas, peut-être qu’à un moment donné vous aviez de l’intérêt, et sûrement qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas?

La situation peut également s’appliquer dans le cas où vous agissez dans l’intérêt de quelqu’un d’autre.
Si ce n’est pas dans le votre, il y a des chances que cet intérêt s’estompe vite.

Mon conseil à ce moment : affirmez-vous (Ô je sais combien c’est difficile de le faire), acceptez que l’intérêt n’est plus présent. Peut-être serait-il temps de vous détacher de ce projet? L’arrêter? Abandonner ne signifie pas échouer ou perdre, abandonner c’est aussi s’écouter et faire preuve d’humilité, de vulnérabilité.

Vous êtes peut-être addict au chaos et l’urgence

Addict au chaos et à l'urgence
Bon bah, je crois que la vaisselle doit être faite maintenant…

J’ai beau avoir assisté à des ateliers sur la gestion du temps et la procrastination, je n’avais jamais entendu parler de cela, et pourtant c’est un fait que j’ai déjà observé autant sur moi-même que d’autres personnes.

Vous êtes-vous déjà demandé si vous n’aimiez pas le chaos? L’urgence?
Ces situations mettent dans un état de stress et de tension qui stimulent la productivité.
Personnellement, j’adore l’urgence et travaille efficacement dedans.

Le problème de cette “addiction” est comme celle avec la cocaïne, elle stimule énormément et nous rend 3 fois plus vif, mais nous ronge l’intérieur.
Le fait est que notre corps n’est pas fait pour supporter un tel niveau de stress et de nervosité, alors que nous vivons dans un mode de vie sédentaire.
Alors pendant que vous vous complaisez dans le chaos et l’urgence, votre corps s’abime. Ce serait dommage de continuer ainsi, non?

Soutenez votre corps

Dans le point “Revoyez l’intérêt que vous portez à votre tâche”, j’ai illustré le fonctionnement de l’inconscient.
Maintenant si on regarde le fonctionnement du corps humain, son but est de se maintenir en vie le plus possible, favoriser un écosystème sain et en adéquation avec votre état d’esprit.
Il combat sans cesse des attaques extérieures et intérieures, régule les flux selon vos niveaux de stress, de plaisir, de douleur que vous vous infligez et l’énergie que vous lui donnez.

Si vous croyez que vous pouvez avoir constamment une énergie au top, que vous pouvez fonctionner comme une machine sans bug et défaut, vous allez droit dans votre cercueil. L’énergie dans le corps fluctue, demandez donc à votre naturopathe ou massothérapeute.
Selon bien des facteurs que le corps prend en compte, vous aurez des baisses d’énergie. Et dans ces moments, forcer votre corps à dépenser son énergie comme d’habitude n’est pas nécessairement la meilleure décision à prendre.

Dans ces moments, votre corps a des besoins, et vous seul peut répondre à ceux-ci.
Prenez du temps pour écouter votre corps : prenez une journée de congé, prenez soin de vous en faisant quelque chose de non habituel, faites de la méditation…

En somme, vous avez maintenant 6 techniques pour vaincre la procrastination et probablement comprendre également pourquoi elle est présente.
N’oubliez pas que la procrastination n’intervient que lorsque vous agissez à l’encontre de ce qui est vraiment important pour vous (besoin non comblé, émotion active, besoin de structure). Plus vous résistez à elle, plus elle devient grande, et réapparaît souvent.

Alors sur ce, je prendrais bien ma journée de congé aujourd’hui. 🙂

Sources : 

Quand le stress agit sur le corps

Les ravages de la procrastination

 

Une question? D'autres suggestions? Laissez un commentaire.